Facebook Gplus LinkedIn E-mail RSS
magnify

La névralgie cervico-brachiale

Radiculopathie cervicale, brachialgie

Comme son nom l’indique, la brachialgie cervico-brachiale provient de l’irritation de nerfs du cou, particulièrement ceux responsables du contrôle des activités du bras. Les symptômes, ex. la brachialgie, peuvent couvrir les territoires de l’omoplate, de l’épaule, du bras, du coude, de l’avant-bras ou de la main.

Les douleurs, sont dites radiculaires, (radiculopathie) c’est-à-dire qu’elles résultent de l’irritation d’une racine nerveuse précise, en particulier une de celles qui participent au plexus brachial. On peut souvent l’identifier à partir de la distribution et du comportement des symptômes. Si une irritation de la cinquième racine nerveuse cervicale peut affecter l’épaule, l’irritation des 6ième, 7ième ou 8ième racines cervicales peuvent irradier jusqu’aux doigts de la main.

Contrairement à la myélopathie cervicale (une atteinte de la moelle épinière) qui se présente généralement des deux côtés, la névralgie cervico-brachiale est principalement unilatérale. La douleur est du type lancinante presque permanente, sans être améliorée par le repos. Certains la qualifieront  » d’électrique « . Elle peut être accompagnée de paresthésie, soit des engourdissements, des fourmillements ou des picotements. Les symptômes de la névralgie cervico-brachiale sont parfois temporairement soulagés en soulevant de côté le bras au-dessus de la tête (signe de Davidson¹).

La principale cause (>80%) de la névralgie cervico-brachiale est une subluxation vertébrale cervicale. En effet, le blocage d’une vertèbre accélère la dégénérescence des articulations vertébrales, en l’occurrence, les facettes postérieures (spondylarthrose) et/ou le disque intervertébral (discopathie, discarthrose). L’expansion osseuse (ex. bec-de-perroquet) qui en résulte est une source d’empiètement sur les structures nerveuses adjacentes. Le nerf ainsi touché déterminera la distribution des symptômes. Le contrôle de ce processus dégénératif est dépendant de la restauration de la mobilité articulaire. C’est pourquoi, le patient atteint d’une névralgie cervico-brachiale devrait être évalué en chiropratique afin de confirmer le diagnostic et de déterminer l’indication des soins.

 

1.  Davidson, R.I., Dunn, E.J., Metzmaker, J.N.: The shoulder abduction test in the diagnosis of radicular pain in cervical extradural compressive monoradiculopathies. Spine 6 1981; 441-445.
 
♦ Document rédigé et publication autorisée par le groupe